Bon Beau Vrai

BBV : Bon, Beau et Vrai

Nous utilisons sur notre blog le sigle BBV lors de nos revues et articles, signifiant « Bon, Beau, et Vrai ». Au sein de nos tests de produits nous donnons un score BBV, que ce soit pour une marque, un vêtement, un produit cosmétique, une oeuvre littéraire ou encore une boutique.

Qu’est-ce que le BBV – Le Bon, le Beau et le Vrai ?

Il s’agit de notre cahier des charges personnel, de nos conditions et exigences quand nous devons faire un choix en général ; grâce à ces critères, nous pouvons faire, par exemple, des achats plus réfléchis dans l’habillement comme dans l’alimentation, dans la décoration ou encore dans nos lectures.
Il convient néanmoins de le prendre pour ce qu’il est : une méthode, qui n’a ni vocation à être scientifique, ni la prétention d’être infaillible.


SON ORIGINE

La structuration du raisonnement en 3 parties est une pratique indo-européenne que l’on retrouve tout autant dans les écrits des philosophes grecs que dans les mythologies ou les sociétés anciennes. Les anciens européens, en constatant la succession dans le ciel de trois couleurs (le noir de la nuit, le rouge de l’aurore, le blanc du jour selon l’idée de Jean Haudry) auraient intuitivement structuré la société (et leur pensée) en trois parties, d’après la théorie de la tripartition de Georges Dumézil. Le Noir correspond au Peuple industrieux et à la matière, le Rouge aux guerriers et à l’Art, le Blanc aux élites dirigeantes et à la pensée.
C’est ainsi au gré de mes lectures que j’ai structuré ma pensée autour de trois caractéristiques du Bien : le Bon, le Beau et le Vrai, s’exprimant par delà les trois domaines que sont l’action, la parole et la pensée.
Pour définir ce qui est Bien je m’efforce, selon le même schéma, à isoler dans chaque produit de consommation, dans chaque propos ou dans chaque idéologie ces trois caractéristiques que j’oppose au mauvais, au laid et au faux.

SA STRUCTURE

Je ne suis ni philosophe de formation, ni gourou, aussi mon propos est-il faillible et hautement personnel.
Ce système de pensée me permet de favoriser dans chaque domaine ce qui me semble optimal. Cela me permet de me garder de la surconsommation, de me prémunir des arnaques ou de me guider en général dans mes choix.

Si l’on devait rapidement définir ce qui est Bon, on pourrait dire qu’il s’agit de tout ce qui a pour effet de maintenir ou d’améliorer le fonctionnement d’un système ;
que ce qui est Beau est ce qui a vocation à plonger son observateur, par le truchement des émotions, dans la contemplation ;
que ce qui est Vrai, enfin, est ce qui, par le biais de la Science ou de la technique, s’inscrit dans le réel .

Grâce à ce système, on peut orienter ses achats et sa manière de vivre en se posant les bonnes questions. Par exemple :

Bon :     – Cet objet est-il écologique ?
             – Me plaît-il intuitivement ?
             – Est-il sain pour moi ?

Beau :   – Est-il de belle qualité ?
             – Est-il cohérent avec mon style ?
             – Est-il esthétiquement abouti ?

Vrai :     – Est-il utile, remplit-il sa fonction ?
             – Respecte t-il les codes de son Art ? Ou les transcendent-ils avec maestria ?
             – Est-il unique et/ou authentique ?

De plus, ces trois idées sont indissociables : si un aliment est attirant mais qu’il n’est pas bon pour vous, ou si un objet est authentique, bon pour vous mais que vous le trouvez laid,  alors il ne faut pas que vous l’achetiez. C’est à mon sens la base du bon goût.

La création de ce système de notation nous a ainsi semblé une évidence pour faire profiter à nos lecteurs de ce qui nous semble un outil simple et efficace.

Après être passé par les affres de l'habillement jean troué et baskets, je me suis passionné pour l'habillement masculin : du Workwear à l'Art Sartorial, j'aime m'enrichir par les lectures des grands noms, et les vieux livres de tailleurs. Je suis aussi fasciné par les études indo-européennes, les sciences, les Arts et la Philosophie. J’ai d'ailleurs fait mes études dans le domaine des Sciences Humaines, en Psychologie et en Philosophie. Déçu par le domaine du bien-être, trop souvent new-age et un tantinet "ego-trip", je cherche à cultiver un art de vivre personnel. Papa et entrepreneur, je partage sur ce blog mes expériences et réflexions.

Un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *